Les enfants sont à l'honneur en ce début d'année et leurs créativités vont pouvoir s'exprimer en toute liberté !
En effet, le Silo U1 met en place de nombreux ateliers créatifs, spécialement pour eux.

Les 2 types d'ateliers se passent dans le cadre de la résidence de Salomé Fauc.
Le 1er va initier vos enfants à la création de masques pour le carnaval. Le thème est idéal : les animaux. Ces ateliers ont lieu tous les mercredis à 15h jusqu'au 26 février : création d'un masque en papier mâché.

Le 2ème atelier vous propose d'imaginer un décor urbain et des images animées en dessinant sur les murs du Silo U1, une ville et ses habitants. Cet atelier se déroule tous les samedis jusqu'au 29 février, de 14h à 17h.

Petites précisions : vous pouvez inscrire votre enfant dès 6 ans et ces ateliers sont gratuits.
Bonne ambiance garantie, échanges, sourires et couleurs !! Ne reste plus qu'à vous inscrire à l'atelier de votre choix au 09 72 62 37 31 ou par mail à : thyphaine.granger@ville-chateau-thierry.fr / aude.soret@ville-chateau-thierry.fr
Vous souhaitez plus d'informations, vous pouvez aussi consulter leur facebook

 
Affiche de l'exposition
Vous voulez en savoir plus sur l'artiste Salomé Fauc ? Nous vous invitons à découvrir son exposition et son travail, tous les samedis de 14h à 17h jusqu'au 29 février.
En attendant, voici quelques explications : 
Dans le travail de Salomé FAUC, le dessin d’ornementation prend une importance considérable. Elle redonne une place de choix aux motifs floraux et végétaux souvent utilisés dans des pratiques artistiques décoratives en leur accordant des espaces cette fois démesurés. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, Salomé FAUC revendique le choix de ce sujet dans une démarche contemporaine : “L’ornementation correspond non seulement à mon geste naturel d’expansion et de prolifération des lignes mais également à une posture de résistance. En effet, dans les écoles d’Art, tout ce qui a à voir avec l’ornemental – les fleurs en particulier et le motif végétal en général- est à proscrire absolument. Le regard a finalement peu évolué en ce qui concerne l’ornementation : si tu dessines des fleurs et des végétaux, c’est que tu es une femme et que tu restes cantonnée à ton domaine réservé depuis le XVIIIème siècle, un genre mineur en somme ! Le grand format – le changement d’échelle- relève précisément d’une volonté de traiter à égalité avec d’autres sujets, le motif. Il s’agit en quelque sorte de lui redonner une légitimité et presque une forme de sacralité.”